Pépinière Balmoral
Ile de Salt Spring
New Victoria, Ile de Vancouver
28 Novembre 1862

Chers Amis
Je prends ce soir quelques minutes pour rédiger ces lignes et vous aviser de ce que je suis comme à mon habitude en bonne santé à l'exception d'un coup de froid attrapé dans les régions glacées de Cariboo. Ma santé était bonne là-bas. Depuis que je vous ai écrit la dernière fois un flot d'émigrants s'est déversé sur cette colonie. De grands vaisseaux arrivent chaque semaine de toutes les parties du monde chargés de passagers et de marchandises. Les capitalistes anglais se sont mis à investir dans cette colonie et on en voit les fruits dans les entrepôts immenses, les appontements, etc qui ont été construits en ville et aussi dans les scieries en construction dans la campagne.
Je suis revenu par le plus court chemin de Carraboo ce fameux filon d'or après avoir parcouru quelque 1500 miles avec mes couvertures et mes provisions sur le dos. Le récit de ce que j'ai vécu pendant les 3 ou 4 mois que j'ai été parti remplirait un intéressant volume. J'ai conservé des plants de choux jusque dans les mines et j'en ai aussi planté à l'extérieur. J'en aurais tiré $ 2.50 par tête si je n'avais pas été à court de nourriture avant qu'ils ne mûrissent. Je suis allé là-bas en compagnie d'une personne qui devait me fournir des provisions tout l'été mais qui n'a pas été capable de tenir son engagement après en avoir vu de dures avec peu de profit à part certaines commandes que j'ai pu prendre sur le chemin du retour. Quoi qu'il en soit vous serez satisfaits de savoir que je progresse régulièrement avec la colonie. Ma propriété prend de la valeur chaque jour et mes moyens s'accroissent régulièrement. Je suis maintenant en mesure de satisfaire les besoins de la Colombie Britannique en jeunes arbres fruitiers cultivés dans ma propre pépinière. J'ai vendu une grande quantité de ma production cette saison et chaque année le commerce se développe. J'espère mettre en terre 50 000 greffes cette saison et repiquer environ 1000 arbres fruitiers. Au sujet des arbres, mes débuts dans cette activité commerciale ont été ici couronnés de succès. Une importante demande locale est apparue. Au Canada ou dans les Etats du nord on ne voit nulle part de cultures d'arbres fruitiers comme nous en avons ici. Cette saison j'ai eu des pruniers qui ont fait des pousses de 7 pieds de long et 1 pouce d'épaisseur et des pommiers de deux ans aussi gros que les mêmes au Canada à 3 ou 4 ans. J'ai des arbres de 12 pieds de haut et bien proportionnés qui n'étaient que des arbrisseaux quand je les ai plantés il y a trois ans.
Vous verrez à la lecture de ce qui précède que c'est un pays où on peut faire pousser des choses. J'ai vu des tomates à maturité en août en passant vers Williams Lake qui se trouve à 3000 pieds au dessus du niveau de la mer et à 300 miles au N.E. de New Westminster. Il y a de nombreuses bonnes opportunités dans le domaine de l'agriculture dans ce pays en fait aucun autre pays au monde ne peut montrer l'équivalent. Je connais des fermes qui ont rapporté net 30 000 dollars. Je connais quelques fermiers qui ont gagné $ 10 000 en fauchant et mettant en meules du foin sauvage sur une période de 6 semaines. L'orge et l'avoine pour le fourrage rapportent 20 à 25 cents par livre et il m'en coûte $ 4 1/2 la nuit dans certains endroits pour faire paître un cheval. Quand donc vos prix en Iowa pourront-ils se comparer à ça? Aucun autre pays n'offre à un travailleur des opportunités comme il y en a dans celui-ci.
Cette saison a été remarquablement douce jusqu'à maintenant. C'est plutôt le temps qu'on a en Septembre qu'autre chose. Je note ce que vous dites au sujet de ma venue pour me marier etc. C'est là le hic je ne peux pas laisser mon bel endroit Balmoral pour aucun motif aussi fou que celui-là pour le moment car mon travail va me retenir ici quoi qu'il arrive encore un ou deux ans de plus. Il est difficile pour quelqu'un dans ce pays de chercheurs d'or où tout le monde a la bougeotte de trouver un remplaçant pour s'occuper de ses affaires. Je pense qu'en deuxième meilleur choix je devrais vous charger de me trouver une femme, de la mettre en caisse et de me l'envoyer en express. La guerre a dû maintenant décimer suffisament le pays pour qu'on puisse saisir la chance de trouver une veuve intéressante. Faute de trouver une jeune fille. Je suis maintenant bien préparé au mariage sur le plan matériel- Abondance de tout ce qu'il faut pour entretenir confortablement une femme.
La cité de Victoria s'améliore rapidement. De grands entrepôts de pierre et de brique s'élèvent dans toutes les directions et il y a maintenant un bon nombre de rues déjà bâties. Ce sera bientôt l'une des plus importantes cités du Pacifique. Je pense que vous manquez beaucoup en restant dans ce pauvre endroit qu'est l'Iowa où vous vous acharnez à faire pousser du maïs pour une piécette le boisseau. Il y a beaucoup de bonne terre à prendre ici dans des endroits favorables pour $ 1 l'arpent avec 4 ans pour la payer. Ce printemps a amené des tas de Canadiens sur cette côte et beaucoup d'entre eux ont fait venir leurs familles et résident maintenant de façon permanente parmi nous. Et parmi tous ces gens qui donc j'ai rencontré si ce n'est James Cummings qui arpentait majestueusement les rues de New Westminster. J'ai été quelque peu surpris quand je l'ai vu. Il m'a appris que son père est mort depuis quelques années. Cette colonie a un grand avenir devant elle. Elle est destinée à acquérir une importance commerciale très tôt. Elle jouit d'un bon climat, de ressources agricoles excellentes et de mines qui ne seront pas épuisées dans le siècle à venir. mon voyage dans la région des mines cette saison a dissipé les doutes que je pouvais avoir à ce sujet. J'ai vu certains des mineurs extraire ce que vous considéreriez comme le fruit du travail d'une bonne année à chaque pelletée de terre qu'ils arrachaient à la roche de fond.
Je puis vous assurer cependant que tout ce qui brille n'est pas or. Les mineurs endurent des épreuves que vous ne pouvez pas concevoir par manque de ravitaillement etc. J'ai vécu pendant des jours quand j'étais à Carraboo de haricots bouillis sans sel ou autre substance à part de l'eau, et les mineurs ont vécu uniquement de ça pendant des semaines cet été là-haut. J'ai payé $ 1,25 la livre de haricots et je ne pouvais pas trouver autre chose. J'ai vécu de haricots des jours durant c'est à dire des haricots sans sel ni sucre. La farine était introuvable à 150 la livre tôt dans la saison quand j'étais dans les mines.
Les aventures de presque chaque mineur constituent en elles-mêmes un récit romantique et agité. J'en ai eu ma part sur cette côte aussi bien qu'ailleurs. Une compagnie de chemin de fer vient d'être créée pour relier Victoria et le port d'Esquimalt une distance de 3 miles et une autre est en projet pour passer par chez moi jusqu'à Nanaimo. Je souhaiterais que le chemin de fer du pacifique soit construit. Je pourrais alors vous rendre visite. Trois journaux quotidiens sont maintenant publiés à Victoria en plus de quelques hebdomadaires. Un des quotidiens est aussi gros que le Globe (à Toronto) J'ai des arbres fruitiers hauts de 12 pieds qui vont porter de lourdes récoltes l'année prochaine si j'ai de la chance avec eux.
Je suppose que tous vos garçons et filles ont bien grandi maintenant. J'aimerais beaucoup vous revoir tous mais je crains que ce plaisir ne soit repoussé assez loin de moi. Vous pourriez m'envoyer le garçon le plus vieux car vous pouvez bien vous en passer maintenant. Je veillerai à ce qu'il reçoive une bonne éducation et subviendrai à ses autres besoins. A part m'envoyer une épouse par express je ne vois pas quel meilleur service vous pourriez me rendre que de m'envoyer le garçon. Donnez mon bon souvenir à Mme. Chisolm mère et à votre soeur Mme. Gibb, et aussi à tous les amis qui demanderont de mes nouvelles. J'espère que Margaret est en bonne santé comme à son habitude mais elle doit commencer par cesser d'agrandir la famille ou bien vous allez devoir chercher un domaine sur le Pacifique. L'Iowa ne sera pas assez vaste pour contenir votre famille. Je serais heureux que vous m'envoyiez de vos nouvelles par retour avec toutes les nouvelles locales et familiales mais pas de nouvelles générales. Pour l'amour de Dieu ne remplissez plus vos lettres de nouvelles générales car je sais ce qui se passe dans les Etats mieux et plus rapidement que vous. Vous oubliez que nous avons ici une ligne de télégraphe reliée à l'Atlantique et les nouvelles parviennent à Victoria en 5 jours depuis New York.

Très sincèrement votre
Jonathan Begg